Archives du mot-clé Editions Zulma

Coup de coeur : « Notre quelque part » de Nii Ayikwei Parkes (éditions Zulma)

notrequelquepart-l-572086Une intrigue policière pour ce conte africain où la tradition orale joue un rôle primordial. Kayo Odamtten, jeune médecin légiste, renoue avec ses racines pour se mettre à l’écoute du vieux chasseur Yao Poku. Mêlant français et langue populaire d’Afrique de l’Ouest, ce roman nous entraîne dans un monde singulier.

Notre quelque part, de Nii Ayikwei Parkes, aux éditions Zulma

PRIX MAHOGANY 2014
Roman traduit de l’anglais (Ghana) par Sika Fakambi

Romancier, poète du spoken word, nourri de jazz et de blues, Nii Ayikwei Parkes est né en 1974. Il partage sa vie entre Londres et Accra. Notre quelque part, premier roman très remarqué, finaliste du Commonwealth Prize, est une véritable découverte.

Résumé :
C’est Yao Poku, vieux chasseur à l’ironie décapante et grand amateur de vin de palme, qui nous parle. Un jour récent, une jeune femme rien moins que discrète, de passage au village, aperçoit un magnifique oiseau à tête bleue et le poursuit jusque dans la case d’un certain Kofi Atta. Ce qu’elle y découvre entraîne l’arrivée tonitruante de la police criminelle d’Accra, et bientôt celle de Kayo Odamtten, jeune médecin légiste tout juste rentré d’Angleterre. Renouant avec ses racines, ce quelque part longtemps refoulé, Kayo se met peu à peu à l’écoute de Yao Poku et de ses légendes étrangement éclairantes…

Porté à merveille par une traduction qui mêle français classique et langue populaire d’Afrique de l’Ouest, ce roman époustouflant nous laisse pantelants, heureux de la traversée d’un monde si singulier.

Nous avons appris le 27 juin 2014, avec plaisir, qu’après avoir déjà reçu Prix Baudelaire de la traduction, les membres du jury du Prix Laure Bataillon (Patrick DEVILLE, Marianne ALPHANT, Geneviève BRISAC, Pascale CASANOVA, Anne-Marie GARAT, Arno BERTINA, ALAIN NICOLAS, Gérard MEUDAL, Antoine VOLODINE et Jean-Baptiste PARA) ont décerné le prix de la meilleure œuvre traduite de l’année à Sika FAKAMBI pour « Notre Quelque Part » de Nii Ayikwei PARKES.

Publicités