Archives du mot-clé bibilothèques idéales

Rencontre avec Zoé Valdés, autour de son livre « La femme qui pleure », dimanche 13 septembre 2015 à 17h au Lieu d’Europe à Strasbourg.

Nous avons le plaisir de vous inviter à rencontre Zoé Valdés, romancière, poète et scénariste cubaine, à l’occasion de la parution de son roman « La femme qui pleure » aux éditions Arthaud, dimanche 13 septembre 2015 à 17h au Lieu d’Europe à Strasbourg (entrée libre, dans la limite des places disponibles).
La rencontre sera accompagnée d’un concert du groupe Mojitos moving.

Nous organisons ce rendez-vous dans le cadre des Bibliothèques idéales 2015 organisées par la Ville de Strasbourg, avec le soutien de Lieu d’Europe.


Quelques années après sa rupture avec Picasso, Dora Maar fait un dernier voyage à Venise pour tenter d’échapper à l’emprise du peintre et de se reconstruire en tant que femme. A son retour, elle se réfugie dans son appartement parisien, vivant en recluse jusqu’à sa mort.


« Peut-être voulait-elle sous le poids des souvenirs et de la solitude s’éloigner des anciennes extravagances parisiennes. Effacer par un voyage toute une vie. »

Pablo Picasso, Portrait de Dora Maar, 1937. Huile sur toile, 92 x 65 cm. Dation, 1979, MP158. © Succession Picasso 2013. Cliché : RMN-Grand Palais / Jean-Gilles Berizzi.

Pablo Picasso, Portrait de Dora Maar, 1937. Huile sur toile, 92 x 65 cm. Dation, 1979, MP158. © Succession Picasso 2013. Cliché : RMN-Grand Palais / Jean-Gilles Berizzi.

Photographe et peintre surréaliste au style insolite et dérangeant, Dora Maar va croiser la route de Pablo Picasso. À ses côtés elle va incarner la Femme qui pleure, ce célèbre portrait qui témoigne de sa déconstruction dans l’ombre du génie auquel elle avait voué sa vie. Amante, muse et victime de l’artiste, Dora Maar, quelques années après sa rupture avec Picasso, décide de passer quelques jours à Venise.

Dans le dédale des rues de la cité des Doges, Dora, muse abandonnée, artiste inaccomplie, retrouvera-t-elle le chemin de sa vie de femme ?
À l’issue de cet ultime voyage, elle se retirera du monde pour vivre mystique et recluse dans son appartement parisien.
Le temps d’une escapade vénitienne, Zoé Valdés se glisse dans l’âme tourmentée de Dora Maar, cette femme capable de tout par amour et nous livre un roman ardent et subtil sur la passion amoureuse sans limite.

Zoé Valdés par Witi De Tera - Opale / Flammarion

Zoé Valdés par Witi De Tera – Opale / Flammarion

Zoé Valdés, née en 1959 à La Havane, est une romancière, poète et scénariste cubaine. En 1995, après la publication de son roman Le Néant quotidien, elle s’exile en France accompagnée de son époux et de leur fille. Égérie de la littérature cubaine, ses livres sont traduits partout dans le monde.

Un petit aperçu musical du groupe Mojitos moving que nous aurons le plaisir d’accueillir pour un concert acoustique, dans le parc du Lieu d’Europe, si le soleil est de la partie 🙂 Nous voulons croire que oui !

Se rendre à Lieu d’Europe, 8 rue Boecklin à Strasbourg,
Plan d’accès

Accès en transport en commun
Tram E terminus « Robertsau Boecklin ».
Bus lignes 6, 15, 15a et 30, arrêt « Robertsau Boecklin ».
Le Lieu d’Europe se situe dans le Parc à 50 mètres de la station de tram.

Parkings
à 280 mètres Parking gratuit de la poste 56 rue Boeckin.
à 300 mètres Parking gratuit du cimetière 16 rue du Dr Maurice Freysz
à 500 mètres Parking gratuit du centre culturel St Thomas 9 rue de la carpe haute
à 0 mètre Parking Velo Gratuit
à 50 mètres Parking Payant Relais tram Robertsau Boecklin

 

Publicités

Rencontre avec Velibor Čolić autour de son roman « Ederlezi », le 21 septembre 2014 au Lieu d’Europe à Strasbourg

Les Tsiganes sont-ils réellement le seul vrai peuple européen ?

Notez d’ores et déjà sur vos agendas : dimanche 21 septembre 2014 à 17h au Lieu d’Europe, Villa « Kaysersguet », 1 Allée Kastner, à Strasbourg ! La librairie « La Parenthèse » vous propose une rencontre exceptionnelle avec Velibor Čolić autour de son roman « Ederlezi » (éditions Gallimard). Cette rencontre sera accompagnée d’un concert de musique tsigane avec le Francko Mehrstein Trio.

Nous organisons ce rendez-vous dans le cadre des Bibliothèques idéales 2014 organisées par la Ville de Strasbourg, en partenariat avec « La croisée des routes » et avec le soutien de Lieu d’Europe.

« Ne succombez jamais au désespoir, il ne tient pas ses promesses ».
Stanislaw Jerzy Lec

Ederlezi – comédie pessimiste retrace l’histoire, à travers le XXe siècle, d’un fameux orchestre tzigane composé de musiciens virtuoses, buveurs, conteurs invétérés, séducteurs et bagarreurs incorrigibles. Ils colportent leurs blagues paillardes, leurs aphorismes douteux et leurs chansons lacrymogènes de village en village. L’orchestre sombrera dans les grands remous de l’histoire : englouti en 1943 dans un des camps d’extermination où périrent des milliers d’autres Tziganes, il renaîtra pour être de nouveau broyé par la guerre d’ex-Yougoslavie en 1993.

Chaque fois, le meneur de l’orchestre, Azlan, semble se réincarner.

On le retrouve finalement dans la «Jungle» de Calais en 2009, parmi les sans-papiers et les traîne-misère qui cherchent un destin aux franges de la modernité.

Le roman de Velibor Čolić restitue merveilleusement la folie de la musique tzigane, nourrie de mélopées yiddish, de sevdah bosniaque, de fanfares serbes ou autrichiennes, une musique et une écriture pleines d’insolence, au charme sinueux et imprévisible. Les réincarnations successives d’Azlan font vivre avec bonheur la figure du Rom errant éternellement, porté par un vent de musique et d’alcool, chargé des douleurs et des joies d’un peuple comparable à nul autre.

Velibor Čolić est né en 1964 en Bosnie. Réfugié en France en 1992, il vit aujourd’hui en Bretagne. Aux éditions Gallimard, il a déjà publié en 2012 « Sarajevo omnibus ».
En 2014, il est lauréat du Prix du Rayonnement de la langue et de la littérature françaises, pour l’ensemble de son œuvre.

Velibor Čolić | photo : C. Hélie / Gallimard

Velibor Čolić | photo : C. Hélie / Gallimard

« … toute ma vie j’ai voyagé. L’Europe de l’est à l’ouest, New Delhi et Paris, Berlin coupé en deux éléments et les moroses fêtes des petites villes de province. J’ai prescrit une ordonnance pour soigner l’âme et j’ai inventé le son du silence à l’heure du Diable.

Toute ma foutue vie j’ai porté un chapeau, les costumes à la mode et les chemises blanches, toute ma vie j’ai porté des moustaches, pour qu’on appelle le moustachu et pas le Tzigane. J’étais Tchorelo le pauvre et Bahtalo le bien heureux. À la fin je suis mort comme un enfant. J’étais le dernier Baïramovitch, nobles et déshérités, nu comme un ver sur cette terre. J’étais celui qui portait aussi les trois surnoms, celui qui ne deviendra jamais le père parce qu’il est le fils. J’étais en clown triste et un oiseau sans plumes qui regardait, sans la voir, cette terre qui sombre. Tant de fois j’étais le Tzigane par ici que ça devient presque impoli.

Tant de fois j’étais un valet ivre, voleur de poule et mangeur de feu que j’oubliais que j’étais un homme. Tant de fois on m’a craché à la figure que je n’avais plus besoin d’aller me baigner dans le Gange. J’étais l’autre pour tout le monde y compris pour mon peuple. J’étais trop blond pour un Tzigane et trop basané pour être un gadjo… »
— extrait du roman « Ederlezi » de Velibor Čolić, éditions Gallimard).

Dimanche 21 septembre 2014 à 17h
Lieu d’Europe
Villa « Kaysersguet »
1 Allée Kastner à Strasbourg
Entrée libre
Arrêt tram : Roberstau Boecklin (puis 1 mn à pied)
plan d’accès

 

Ecouter l’émission « Cosmopolitaine » de Paula Jacques, avec Velibor Čolić (« Ederlezi », éditions Gallimard) et Andreï Kourkov (« Journal de Maïdan », éditions Liana Levi)

logoFranceculture-librairieparenthesestrasbourg

 

Ecouter l’émission « Tout un monde » de Marie-Hélène Fraïssé : Velibor Čolić et les fils du vent

 

Lire un extrait du livre

veliborcolic-ederlezi-bibliothequesideales-strasbourg-france2-croiseeroutes02

 

Cliquez sur l’image pour voir l’entretien avec Velibor Čolić dans l’émission « Dans quelle éta-gère » de Monique Atlan, diffusée le 18 juin 2014 sur France 2

 


La rencontre avec Velibor Čolić sera acompagnée d’un concert de musique tsigane et manouche avec le Francko Mehrstein Trio